Chantal RODIER dit AURORE

Chantal RODIER dit AURORE

ARTISTE PEINTRE (6 Route d'Ambert-63940 Marsac en Livradois) telephone : +336.28.43.73.10

Publié le par AURORE
Publié dans : roman : Colette et le guépard

La LECON DE PIANO

« Nous avons Monsieur Millerand, le politicien, qui se placera en face de mon époux, à ses cotés nous placerons Monsieur Zola puis Monsieur Monnet, l’écrivain Mirbeau… »

Elle n’en finissait d’énumérer lorsqu’Ignace fit son apparition.

« Madame nous avons un gentleman de retour d’Italie  qui désire avoir un entretien avec votre personne. Que dois-je lui dire ? »

« Que lui dire ? Mais qui est-il ? Le savez vous Ignace ?»

« Je l’ignore, Madame, il n’a pas d'éclat Madame De Roiblasse se sentit touchée de recevoir en sa demeure une soudaine confidentialité.


 
Le jeune homme en question qui en réalité était déjà d’âge mur fit son apparition. Sa silhouette élégante de belle allure surprit Joséphine qui n’avait pas souvenir de l’avoir vu auparavant, avançait d’un pas sur.

« Madame, hommage vous est donné. Je me présente Claude – Achille Debussy, compositeur marié à l’une de vos anciennes couturières Rosalie Lilly dont les broderies décorent certaines maisons de grandes renommées. » lui disait-il tout en lui déposant un baisemain.

« C’est avec grand plaisir, que je viens de composer pour votre bal prochain, certains morceaux de piano pour accompagner les valses de vos jeunes gens. »

 

Soudainement l’hôtesse de maison, se leva. Elle se souvenait de ce grand musicien qui brillait de son art dans tout Paname. Sa renommée était mondiale aux dires de son époux qui l’avait entretenue, il y a quelques jours de cela déjà, des artistes les plus connus qui participeront à cette grande exposition. Mais devant toutes ses préoccupations elle en avait oublié certains. Dans son fort intérieur elle rougit de son manque de mémoire et fit mine de s’en souvenir.

« Mais ou avais-je l’esprit, je vous en prie, monsieur, allons dans le grand salon. Il est plus acoustique pour entendre vos mélodies. »

Claude- Achille devant le piano noir à queue s’élançait par delà sa virtuosité. C’est comme si tout le décor avait disparu. Il n’y avait plus que lui et ses notes qui s’envolaient.

Joséphine qui était accompagnée de Colette fut agréablement surprise car elle venait de comprendre qu’elle avait devant elle un des plus grands compositeurs contemporains du monde. Son cœur et son âme voltigeaient, librement éperdus dans les accords qu’elle entendait. Colette devinait l’extraordinaire cadeau que son père lui faisait. Car cette fête, ce bal était donné en l’honneur de ses vingt ansi.

Durant quelques instants, elle aussi s’émerveilla de la puissance de cet artiste. Claude en retournant s’en aperçut.

« Mademoiselle Colette, voulez-vous bien vous assoir à mes côtés sur ce tabouret. J’aurai moi aussi grand plaisir à partager quelques notes, quelques touches avec vous sur ce superbe piano. ? »

Timidement notre jeune fille lança un bref coup d’œil à sa mère qui acquiesça. Elle trébucha en avançant dans le pied du guéridon sur lequel était dignement posé un vase provenant de Chine, très prisé d’ailleurs à cette époque. Elle fit virevolter dans un bruit léger sa grande robe mousseline blanche, qui se mit à faire des vagues. Sa première leçon débutait.



 

 

Commenter cet article

gourmandises 02/10/2009 10:26


bonjour aurore vous avez un très joli blog j'adore j'ai lu votre commentaire pour le partenariat des droits d'auteurs perso la pub je suis contre overblog ma enlever sans m'avertir déjà
la leçon de piano je l'es vue en film j'ai aimer bonne journée
ps j'aime bien l'effet design des articles


AURORE 02/10/2009 23:19


rêvons ma belle et chantons ma douce, sous ses éres peu hospitalieres ! et vive alors la gourmandise !!!


oups 25/09/2009 18:41


c est riche madame, ca l'est !


AURORE 29/09/2009 12:39


juste merci


TRADUCTION et VOS VISITES

 

 

 

RETOUR : page - ACCUEIL

 

 

 

 

 


compteur gratuit

Biographie de l'ARTISTE

Hébergé par Overblog