Chantal RODIER dit AURORE

Chantal RODIER dit AURORE

ARTISTE PEINTRE (6 Route d'Ambert-63940 Marsac en Livradois) telephone : +336.28.43.73.10

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2007

 

 



Dans le sombre de la nuit, elle apparaît Majestueuse

Se dressant telle une grande Reine

Quiconque la regarde, périt sous ses rennes

Elle est là débout, venant des Enfers

Son seul dieu...  amant et père

 

Les Hommes se jettent à ses pieds

Les femmes cachent leur visage,

Se sentant surpassées par tant de beauté

La crainte envahit l’enfant sage

 

Elle règne en Maîtresse Fidèle et Impur du Mal

Sure de sa captivante luminosité hivernal

Rayonnant sur les pauvres infidèles en péril

Affolés, aimantés par tout ce qui brille

 

Osez soutenir son langoureux regard !

Osez affronter sa fulgurante puissance !

Dans ses eaux profondes, avec aisance

Elle vous emportera au sein du soupirail

Où vilains et meurtriers, armées de leur dard

Lécheront vos marques sur le portail!

 


Quand le jugement dernier sonnera son heure

Sa beauté royale ne sera plus que laideur

 

Une seule voix retentira, sortant des brûlantes flammes

Provoquant déluge et fracas, cyclones, orages et ouragan

Du dieu maudit riant de prendre sa précieuse âme.

 

Les eaux  poussent l’horizon,

Le ciel s’assombrit ne laissant  place

 A aucune lueur du jour

On entend un seul cri pour son

Annonçant la prise de  l’âge de glace

Ce tumulte effroyable signe son retour.

 

 
Les hautes vagues lui servant de trône

La reine noire avance sure d’elle-même

Laissant deviner un corps brûlant de pouvoir

Les ignobles se courbent à son passage

Leurs corps immondes lui servant de filtrage

Son escorte brandit casques et armures

Arrachant de sa traine le fermoir

Précieux doloris des blasphèmes

La terre entière devient sombre zone

Les murs s'effondrent, immense poussière.


Epris de ce pouvoir qui l'a rend si fière.
D'un regard dédaigneux, le roi haineux
Dans sa force serre son nœud
 L'engloutit dans ses eaux profondes
Avec sa suite en une véritable ronde.

 

D’étranges créatures sorties d’un feu

Hurlant à l’arrachée, intrépides nœuds

Des coulisses volcaniques de l’enfer

Brandissant leurs fourches épineuses

Promettant désespoir et mort certaine

A toutes les âmes de l’au-delà éternel

Assurant être les seuls  divins et maîtres

Du globe suspendu dans l’univers

Terre soumise à mille pervers

 

La guerre est inévitable, chacun choisit son camp

Dans cet effroyable pêle-mêle des champs

Les cieux volontairement s’obscurcissent

Les éclairs en grand nombre jaillissent

Foudres et tonnerres se font entendre

Peupliers brulent, seules restent des cendres

Les mers se soulèvent dépassant les montagnes

L’heure est venue

L’attaque la plus cruelle peut commencer

Dans ce silence endormi, règne à l'instant
des flots de cette  existence
Montagnes et vallées dévastées en silence
 inhalent cet éclat de printemps. 

 

Les racines saines de la terre,

Tels des écrous puissants de la serre

Contrarient ces eaux malsaines,

Dans lesquelles l'impie trahit sa haine,

 

Comme un chant mélodieux les pétales des fleurs

Dans leur splendeur soyeuse prennent vie.

Les bourgeons s’ouvrent au jour  libéré de sa peur.

La pluie généreuse déverse sa boisson exquise

Gouttelettes d’or des lointaines banquises

Les chaines des esclaves humiliées se délient.

Les apeurés des tristes nuits défilent

Sous les rayons du soleil, l'ivresse de paix

Plus belle qu’un être de douceur

Dont le visage inspire le bonheur,

Elle voit dans tous les cœurs

La souffrance et les pleurs.


Elle est  luminosité du Rayonnement

Dame Blanche, resplendissante du firmament,

Attristée par  les complaintes  des profondeurs

Donne son amour face à tous ces malheurs

 

Un épais Halo ocre jaune l’entoure

Ses troupes  du soleil accourent

Elle semble sortir d’un léger nuage

Descendant du très haut sans ombrage

La compassion se lisant sur son visage

A sa droite et à sa gauche les sages

Lumière des lumières de la terre

Transcendance absolue du planisphère

Sa demeure un champ de blé pur

Transparence de ses murs.

 

Une lamentation s’élève du fond des océans.

Un guerrier crie sa douleur des flammes,

Sortant de son sang infame les maladies

Pleurant de son devoir l'enfer noir,

Trace des noirceurs du désespoir

 Voue corps et âme l’enchainement

 Merci des démoniaques amants

 Pleure devan ses limbes souillées

Suppliant  délivrance des fers de lance

De le transpercer et de lui rendre grâce.
 

Dame des cœurs purs de vérité

Entend cette complainte du très fond

Douloureuse musique sans son.

Laissant un couloir d’espoir à ce malheureux

Le hissant d’un souffle encore plus puissant,

Vers la salle de gloire des bienheureux.

Lavé des maux, placé au plus haut rang.

 

Du fond de l'ombre de nos âmes
Jaillissent des tourments infâmes
Que le coeur refuse et condamne
Leur opposant toute sa flamme.

 

AURORE 


L'homme est l'ombre d'un songe,
et son oeuvre est son ombre

Plus on s'approche de la lumière, plus on se connaît plein d'ombres.


FETHI

 

  • .


     

 

 

Commenter cet article

papillon 02/04/2009 21:31

quelle puissance dans ses vers, et j'y vois toute la douleur du monde ... ce monde où il y aura toujours des pauvres tant que nous chercherons à être riche pour y trouver notre bonheur.Et nous faisons appel aux dieux pour y parvenir, et nous leur reprochons parce qu'ils sont sourd à nos prières.Comme si le bonheur venait toujours d'en haut, alors qu'il est en nous. Il faudrait que d'un claquement de doigt l'amour nous innonde, et comme des enfants capricieux nous boudons, alors qu'il est si simple de sourire, alors qu'il est si simple d'aimer, alors qu'il est si simple de donner, parce que cela apporte tellement plus.Mais chaque jour, l'homme cherche à posséder sans vouloir partager, pensant que c'est pour son bien, à la protéger. Quand le malheur tombe sur lui, il s'en remet à Dieu ou il le maudit. Quand il est heureux, il le remercie et il l'oublie ... doutant sans cesse de ce en quoi il croit.J'ai lu que l'amitié servait à nous mettre sur la bonne route, et je crois plus en cela qu'en la force des Dieux. Que le secours se fasse plus populaire ... parce que c'est de l'homme que dépend son propre bonheur au travers de ses semblables.

AURORE 02/04/2009 22:53


l'amitiè est une route bleue de la lumière de nos vérités. mes mots traversent ce flot et s'envole vers l'infini Bonté.


le baladin 01/04/2009 21:30

ma petite soeur j'ai beaucoup aimé le relire sous ces parts d'ombre ta lumière brille de plus en plus ton frère de l'autre coté !!!! bisous phil

AURORE 02/04/2009 00:33


cher phil cette lumière scintille de joie à te regarder et te suivre.


FFCAT@HOTMAIL.FR 01/04/2009 16:42

HOULA QUELLE FRESQUE !!! SORTIE DU FOND DE REVES ET DE FOLIES HUMAINES

AURORE 02/04/2009 00:28


bien plus qu'un tréfond en crecendo d'un halo d'une transparence qu'à lui seul la lumière parait.


Charlotteceramique 01/04/2009 15:08

Incroyable blog!!!Et la musique choisie lui va très bien je trouve!Une vraie caverne d'Alibaba c'est vrai!

AURORE 01/04/2009 16:19


Oups caverne d'Alibaba.... pour le forum  ! Bienheureuse que mon site te plaise, bienheureuse suis je de ton passage ici.


Fethi 01/04/2009 11:58

L'homme est l'ombre d'un songe, et son oeuvre est son ombre.Plus on s'approche de la lumière, plus on se connaît plein d'ombres.

AURORE 01/04/2009 16:05


tu es tres fort, tes pensées sont sans aucun doute la Vérité. Je vais laissé ton com en apparence sous mon article.


mamago 01/04/2009 00:53

Blanc et noir à la fois, bravo... Bises

AURORE 01/04/2009 09:56


une saga que j'avais déjà publié EN PLUSIEURS PARTIES  j'avais reçu plus de 40 COMMENTAIRES là je réédite avec modif. Heureuse que cela t'ai plu ! journée belle à toi


TRADUCTION et VOS VISITES

 

 

 

RETOUR : page - ACCUEIL

 

 

 

 

 


compteur gratuit

Biographie de l'ARTISTE

Hébergé par Overblog