Chantal RODIER

Chantal RODIER

ARTISTE PEINTRE -POÉTESSE- Marsac en Livradois

archives 2009

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009







Le dessein de mes amours cachés

 

Tant de fois j’esperai entendre ta douce voix,

L’ombre blanche de tes pas, dans la mer, se noie

Je te cherche  chaque jour et nuit mais en vain

Seul, j’entends la muse entonnant nos refrains.

 

Le train t’emméne toujours plus vite et plus loin,

Ma vue se brouille, mon corps se perd dans un coin.

Comment te dire, de mes forces, que je t’aime à l’infini

Une caresse ou un soupir disent que tu n’es pas parti.

 

De nos amours imaginés il n’en reste que l’écume,

Tout devient si flou dans cette épaisse brume.

Seul le tic tac de ton cœur éloigné me dévore,

L’odeur de ta peau sur la mienne reste encore.

 

 

Tant de fois j’aspirai de nos âmes mélangées

La respiration subtile de nos désirs inavoués,

T’aimer au plus profond de mes douleurs,

Souffrances infernales de ma propre peur.  

 

 

 

 

 

Tant de fois j’imagine être toi,

M’abandonner sans aucune loi,

Dans l’abîme, je te cherche au fond de moi,

Je sais pourtant que  tu seras là pour moi.

 

Attrapes le temps et l’espace, mon amour

Celui que j’attends ardemment depuis toujours.

Que mes lèvres, enfin se libérent d’un baiser.

Que mon corps s’offre à toi, pour t’aimer.

 

 

 

 

 

 

AURORE



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009

Bonjour  Aurore,

j'ai le plaisir de vous informer que vous êtes le paperblogueur à la Une
de ce lundi 25 mai 2009. Toute l'équipe vous remercie de votre
participation à Paperblog.

A bientôt !

Bien cordialement,

Louise
www.paperblog.fr <
http://www.paperblog.fr>

RUBRIQUE : TALENTS


juste merci...merci....merci...

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009






Par dessus les nuages, loin des fumées noires de nos villes

Je revoie la maison où mon cœur un jour s’est arrêté

Tu étais là tout prés de moi avec tes mots si doux

Que la brise légère du Sud murmurait à mes oreilles

Des pensées si tendres si pures tel un amour tranquille

Je revoie la chaleur tiède de ta peau si fine et colorée

Elle carressait la verdoyante vallée parsemée de houx

 Vole...tourbillonne





Notre lit imbibé de nos élans fougueux et passionnels

Tendre souvenir si présent d’un émoi fusionnel

Les airs me transportent vers cette Belle Venise

En emportant avec moi ce précieux qui jaillit de toi

J’imagine inlassablement le son de ta voix claire

Tes doigts parcourant les notes sorties de l’éclair

Libre échapée de tes passions sur une banquise

Je reviendrai et toi auras tu pensé à moi ?





Imagine...rêve






Aurore

Je m'envole vers Venise et reviendrai vous  conter ses Merveilles

 



Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009


Léo FERRE

Né le 24 Aout 1916 à Monacco
mort le 14 juillet 1993 en Toscane

" AVEC LE TEMPS TOUT S'EVANOUIE"

site officiel
http://www.leo-ferre.com/accueil/accueil.html






 








La Mer est Mère de ton mystère


Le poète se lève, le poète rêve dans son mystère

Les chahuts bousculent ces nuits emplies d'hantises

Obscurcissant son son être si fragile d'idées qui glissent

Il se penche vers sa toile banche devenue papier mâché

Désirant être au plus près des ses émotions qui le tiraillent


Poète,  oh combien je t' aime !



Jamais douceur plus pure et plus claire n’atteint son âme


Ses délires en puissance dans cet absolu amour le dirige 

Un au delà bien plus grand que le beau pacifique


La houle devient mousse onctueuse et docile 

Le mat de son bateau s’élève si haut vers le ciel

Que le soleil s’endort sous son ombre paisible


Les tempêtes s’assagissent à son passage

Laissant place à cette mer si limpide abreuvant son corps


Dors mon bien aimé, dort du sommeil des enfants sages.


Poète, oh combien je t' aime !


Le poète soupire et aspire à la beauté

Des mots inachevés dans son antre parsemé

D'un cahier en spirale ou d'un disque oubliè

Jet d'encre bleue ou doigt sur le clavier

Mot jeté dans une corbeille en osier


Poète, oh combien je t'aime !



Aurore - Poésie sans proses ni rimes

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009

 

The dream expérience

Que serais-je sans toi, ma compagne, ma belle
Que serais-je sans tes notes qui m'émerveillent

Rien sans doute Rien
Car
sans toi je ne suis Rien

Même pas un  grain de sable
Ni même l'écorce de l'érable

Que serais-je sans toi, déesse de mes rêves
Que serais-je si tu t'accordais une trêve

Rien sans doute Rien
Car
Sans toi je ne suis Rien

Mes doigts palpitent à te toucher
Mon coeur bondit à te traverser
Ma joie rayonne à te caresser
Suspendu au son de tes cordes
Ta musique subjuguée m'enivre
 Liberté dans laquelle je me livre

Que serais-je sans toi, ma gracieuse
Que serais-je sans toi, ma mélodieuse

AURORE


















Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009





Une étoile dans mon coeur brille ce soir pour toi












Si ce soir je te chantais une chanson

Sur mes lèvres en refrain serait ton prénom

Dans ton cœur en or le mien je sculpterai

Coulée en Marbre blanc j'éléverai


Si ce soir j’écrivais un doux poème

Dans tous mes mots serait ton être

Sur mes lignes en bonheur à paraître

D’une caresse d’un baiser tu sèmes



Si ce soir dans mes yeux tu disparais

Mon corps meurtri de ton absence

Mon âme assoiffée de ta présence


Si ce soir… si ce soir…

 

  Le ciel en ce désir te parlerait d’amour

L’étoile guiderait tes pensées vers moi

Ton image brillerait dans cet émoi

Tes sens tourbillonneraient sans le jour

Si ce soir… si ce soir…


Just a dream perhaps, just a dream !


AURORE










Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009







L' ESPOIR




Un peu de couleur sur tes belles pommettes
Dans ton regard, une étincelle née du Bonheur


Un zeste timide d’amour sur tes douces lèvres



Dans ton cœur, un sublime faisceau né de l’espoir


Comme un flamboyant rayon sortant de toute part


Tes mains tremblantes d’une centaine d’émotion


Au timbre de ta voix s’élevèrent tes souffrances


Un zeste d’amour posé sur tant de tes déchirures



Dans ton âme, un silence appartenant à tes secrets

 

Comme un filet d’ange imperceptible de tes croyances

 

Pluies d’automne et d’hiver parsemant ta destinée


Au son muet des aveux de nos simples vérités


Un zeste d’amour posé sur tant d’années passées



Un mot, un seul mot résonnait impuissant à se taire

 

Liberté, Liberté de rêver, de croire et d’aimer.

 

 


AURORE-2009



AVARICUM ou la Ville rouge

Ville assiègée par Jules César, ville protégée par Vercingétorix
40 000 femmes et enfants enfermés dans ses murs
Tant de fois tu t'es vu prise au piège de part Charles Martel en 731
Ton fief vendu au Roi de France
Prospérité t'as été donnée lors des croisades

De régne en régne tu te releveras, ton édifice "la Cathédrale SAINT ETIENNE" brulera mais jamais tu ne tomberas.


 










 " AVARICUM" est l'ancien nom de "BOURGES ",
ville de notre belle contrée la France


Comme une lumière jaillissante de nulle part


Tes yeux scintillaient de mille feux ardents


Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009


Quand le soleil doré est au zénith,

Je souffle sur ton corps en éveil

Quand le soleil brulant est  à la nuit

Je le couvre de mille et doux baisers


D'un silence si tranquille et sans pareil

Que mes caresses s'estompent sans bruit


Laissant place aux couleurs des pépites

D'un jardin aux senteurs  de mon amour

Jalousant les arômes parsemés de tes belles



Quand la sublime déesse de la nuit apparait

Tes rêves succombent à ses désirs passionnés


Livrant son plus exquis secret,  délivrance du jour 

Mon coeur rempli de tant d'ivresse émotionnelle

Des entrailles jaillit le nectar en stalagmites


Quand le soleil épuisé rejoint l'obscurité

Quand ta chair sommeille
dans sa tranquilité

Alors je puise en toi comme un fruit défendu

Cette chimère dans cet osmose à l'étendue



Un songe, juste un songe dans cette concupiscence

D'un jardin parfumé d'hymel en effervescence
  



AURORE - 2009

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>