Chantal RODIER dit AURORE

Chantal RODIER dit AURORE

ARTISTE PEINTRE (6 Route d'Ambert-63940 Marsac en Livradois) telephone : +336.28.43.73.10

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2008

L'espérance


Chaque nuit, dans mes songes je te voies


Espérance d’un doux sommeil de mon émoi

 

Bercée par des rêves emprunts de ta main

 

Douces chaleurs promises au lendemain

 

 


Nos lettres pures et suaves

  N'ont pas connu le chagrin


A l ‘aube du soleil levant

Vogue ton navire devant
 

Foc sillonant des enclaves 

Hauban issu des purs lins

 

Pont jalonné par des chaumards

Jalousant tous tes cauchamards


Guidant droit devant la mer

L’Espérance de la terre

 

 


Chaque nuit, dans mes rêves étoilés

 

J’aperçois le retour tant espéré

 

De ce beau navire d’un lointain

 

Priant Dieu d’en prendre soin

 

 

Aurore
- 2008

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2008
Ce matin il m'a remis cette plume d'or 2008.


Elle m'est décernée par

Dông Phong : TERRE LOINTAINE




J'en suis extrêmement honorée.

Pour ne pas rompre cette chaîne je dois de choisir 7 amis dans notre blogosphère, ce qui n'est pas simple car vous êtes tous à mes yeux de merveilleux compagnons ou compagnes de lecture dont beaucoup d'entre vous m'apportent soutien et réconfort.


RUNNER (http://www.lailesurlaplume.com)

TIGWENNE (
http://tigwenne.canalblog.com)

RENE le poète (
http://poete21.over-blog.com/)

ANNA (
http://adishatz.over-blog.net/)

TILK (
http://tilk.over-blog.com/)

FABIENNE (
http://titefab.over-blog.com)

LE BALLADIN et MANUELA (
http://lebaladin.canalblog.com)

 

Afin de ne pas rompre cette chaîne d’amitié, les gagnants doivent :


1) Mettre le logo de la plume de poète sur leur blog (le copier en cliquant dessus avec le bouton droit de la souris).


2) Mettre le lien vers le blog de la personne qui leur a attribué le prix .


3) Attribuer le prix à sept blogs.


4) Mettre le lien vers ces sept blogs sur votre blog.


5) Laisser un message sur les blogs que vous avez nommés

.


Je rends hommage aussi à tous mes ami(e)s
 


Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2008
...COMPLAINTE DE NOS VOIX... COMPLAINTE DE NOS AMES...


 A la dérive de nos proses entrelacées,
Dans les entrelignes jamais abandonnées,
Nos âmes, aux plus mystérieuses rimes,
S'accrochent à cette lettre sans rythme.
Serait-ce en "AR" ou "ER" ?
Rien ne glisse jusqu'à
par terre.
Nos yeux tirés, nos corps fatigués
Exaltent dans les derniers instants de notre paix
.


Les mots  chutent et se bousculent,
Un brouhaha dans une pustule,
Tout se tourne à la renverse
Qu'une seule pensée traverse
Nos mains s'agitent, se crispent, tremblent
.


 
Il est là au bout de notre doigt,
Ce verbal qui ne connait que notre loi.
Se tenant prêt à défier l'encre mouillée
,
Ne possédant qu'un seul désir de crier,

De tremper la plume dans l'encrier,
joyeusement pour ne pas la rouiller

La sueur colle à notre front
,
Transparence gouttelette de la pluie.
Jamais expression ne nous fera affront.
 Nous retenons les syllabes qui fuient
.


Nous hurlons, piète ! à notre cerveau,
De ne point rendre notre tâche à l'eau.
Car poète entier, nous sommes nés,
sensibles à nos amours donnés
.


Nous, écrivains en tout genre, encrés
Envoutés, passionnés d’une atmosphère,
Écrivains d’un aujourd’hui éphémère
Brandissons nos torches, allumons ce feu d’entrée
Muets de nos voix, nous sommes affligés
Cris de nos Ames sur nos pages nues figées
.


 
Dans cette voltige, les lettres sont au dessin,
Amis de nos sens colorés d'un tel festin,
Devenant les yeux de nos esprits enflammés,
Merveilles de l'Eternité à jamais. 
 

 
 
Aurore - 2008 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2008

Le jour me fuit, ton ombre s'éfface.


A la nuit tombée mon bien-aimé

Sans toi seule  je reste dans le noir

Les yeux écarquillés  sans te voir

Cherchant la trace de ton ombre
 
Jadis elle remplissait mes espoirs

Quand l'heure de nos folles caresses

Feu ardent de toutes nos paresses

D'un ultime chant doré pour s'aimer


Danse éffrenée de nos corps liés

Fougue passionnée,  inépuisée

Disant :" je t'ai follement aimé"
 
Osmose grandiose nous avons cherché


L'ombre chèrie de nos sentiments

s'éfface doucement au fil du temps


Je m'en vais, adieu mon bel amour

Dans mon coeur tu seras pour toujours



























AURORE - 2008

             

Adieu l'ami

Ce soir mon coeur pleure

Vous dire adieu est l'heure

Mon blog se meurt doucement

Et moi je m'efface tristement

Ma vie je vous l'ai contée

Ma tristesse n'est pas domptée

Un vide sans fond me poursuit

Mon front n'est plus que suie

Je me meurs petit à petit


Dans ce combat de la vie.


Aurore
-2008





Mes chers ami(e)s mes cher(e)s lecteurs
Vous faire rêver est le plus important pour moi!

Merci de votre visite
 



(Poème dédiè à quelqu'un que j'aime beaucoup)


François de Montcorbier dit Villon















poète (1431-après 1463)
Mort torturé, condamné à la pendaison
Durant ces jours il écrivit
"la ballade des pendus"
sa vie a pour toile de fond
les lendemains de la guerre de cent ans.
Maître des "ballades"
Hantise profonde de la
mort


Né un 8 avril (bélier comme moi !)


RONDEAU

 

 

(Mort, j'appelle de ta rigueur)


Mort, j'appelle de ta rigueur,
Qui m'as ma maîtresse ravie,
Et n'es pas encore assouvie
Si tu ne me tiens en langueur :

Onc puis n'eus force ni vigueur ;
Mais que te nuisoit-elle en vie,
Mort ?

Deux étions et n'avions qu'un coeur ;
S'il est mort, force est que dévie,
Voire, ou que je vive sans vie
Comme les images, par coeur,
Mort
!

François VILLON



Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2007


POUR L'AMOUR D'UNE BELLE


Plus de trois années passées

Et te voilà une superbe jument

Belle des jours, belle des eaux

Rapide tel le vol d’un oiseau

Robe brune brille de ces feux

Couleur pure de tous les roseaux

Eclair vive scintille dans tes yeux

 
Chevauchée si lègère, si élégante

Sabots étoilés d’une neige glissante

 

Tant à plaire 
Tant à plaire des humains
Champs de courses des ans
Champs de gloire d'un temps
Oubliant tes derniers soupirs
Caresses données d'une main

Liberté déchainée de tes désirs

Brise l'enclos, galope, galope
 
Un beau matin se lève

L’ami au cœur spirituel
Léger posé sur ta selle
Attend tranquillement
Ton départ imminent
La nature t'attend sans trève. 

 

Saute les obstacles, galope, galope

Aurore - 2008









 

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2008





L'Oeil du Faucon

Hymme à " Dame Nature "
















Ô puissance de l'Eternel

Au jour où l'aube pointe

Mon âme en ivresse déferle,

Quittant ce corps tant aimé

Pensées éclatantes et jointes

D'une ivresse inconnue, sublimée !


Ô dame nature si embellie

Ta servante docile se replie.

Jadis m'apportant tes fruits

Qu'un régal total à souhait

Soignait  mes tristes plaies.


Ô ténébre céleste du firmament

Vers toi, j'éléve mes instants de vie

Pyramide dans ces mains tendues,

Le pardon de toutes mes jalousies.

Obscur châtiment de mes peines

De leur coulée dans mes veines,

Retenues fragiles d'un instant .


Ô douce source vive

Gouttelette de rosée

Amour éternel d'un repos

Chasse de moi toute haine

Pointe cette aurore tardive

Abreuvée de tes claires eaux

Sur cette brune terre reposée.





AURORE - 2008



UN autre de Moi Un autre de vous-même à découvrir
http://www.les-chemins-de-poussiere.com/


Chumani prénom féminin signifiant "Goutte de rosée" - peuple SIOUX
( en savoir davantage clic sur l'image)

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2008








 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le silence de la nuit


Celui de son cœur

 

Qui erre sans bruit


Vague, vague pleure


De ces mots engloutis,


Cachés de sa mèmoire


Aux yeux d’un grimoire

 

Parchemin de l'infini.



Le silence d’un matin

 
veil alors son instinct 


De ne plus voir l'ocèan 

Qu’un chagrin défend.



Coulent les flôts emperlès 

 

 

  Brillance émerveillée,


Jadis couleur rubis, 

D’un rouge sang impuni.


Corps à Corps étendu


D’un amour éperdu.

 



 

Le silence de l'immensité

Raisonne si fort son émoi, 
 


Nul ne connaît son désarroi.


Égrenant sur le sable chaud


Les secondes, rejet des eaux


Aiguilles de l’immortalité.

 

   

Le silence des ombres

Etoiles qui tombent 


Filantes, trace de vie,


Soyance des flamboyants parvis


Poignée de pierres ensevelies

 

 

Sonde des profondeurs qui luit 

Lumière étincelante qui fuit

 

 

 LE SILENCE

 

 Père du Ciel


LE SILENCE


 Père
de la Terre


LE SILENCE


 Mère
des Vivants





Aurore - 2008
 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : ARCHIVES 2007

NEWS : ce jour à 18 heures INCENDIE A Rillieux - Village (secteur Lyon)
du jamais vu !

L'ETAGE DU DESSOUS Brûle sous le soleil!

 

"Un travail d'équipe avant tout
Il n'existe pas de héros
Seulement des hommes
au service
de la population"

Posée tranquillement dans le parc Brosset en face de mon chez moi à Rillieux la Pape, c'est avec la faim dans l'estomac que je me décide en vain de quitter la douceur de l'herbe. Tirant "Volf" au mieux, qui lui est attiré par une jeune femelle.. Rebroussant chemin sous le soleil torride de cette belle journée, sifflotant un air d'amoureux je m'arrête pour échanger quelques mots de sympathie avec les parents de mes voisins. Quand soudain redressant la tête j'aperçois une drôle de fumée blanche. Elle me semble bizarre leur dis je - un peu épaisse et bizarre et je ne sens pas cette délicieuse odeur de barbecue, prenant congés de mes amis juste pour quelques instants je me dirige au derrière de notre joli bâtiment. Levant la tête je voies cette fumée encore plus épaisse, alors je cours je cours, je sonne j'interpelle sur toutes les sonnettes :

" Au feu. Il y a le feu vite vite téléphoner au pompier. "

Pour de vrai je vous dis.. je prends mon portable vite le 18

L'incendie gagne du terrain il va se propager chez moi. Mes fenêtres sont ouvertes mon ordi de travail à proximité.

"Didier - Cathy où êtes vous il y a le feu chez vous. Personne. Mais où sont ils.»



Je dois me calmer, réfléchir vite. Laisser mon petit chien, là devant moi.

Plus rien ne compte sauf mes voisins amis et ce Feu.

Monter les escaliers. Mettre une serpillière imbibée d'eau à chaque porte. Empêcher le feu d’entrer.

Je monte et je m'étouffe je demande aux personnes de sortir de leur domicile.

 

EN MEME PAS CINQ MINUTES ILS ETAIENT LA. Les hommes, les camions avec dextérité ils montent les escaliers poussent la porte de toute leur force, propulsent de la siure. En quelsques secondes tout est éteint. Seul dans un coin reste tapis la chienne qu'ils sauvent de cet enfer.

Quelle en fut la cause ?

Un mégôt, un vieux bout de cigarette jetté par le balcon. Une minute d'inattention et tout part en flamme !

TOUT SUIVRA SON COURS DEMAIN

Le passage des experts dans nos deux appartements, la régie sans oublier nos commentaires respectifs attendus par la gendarmerie de Rillieux dés demain 8 heures.

CE QUE JE RETIENS :

Ici régne une grande solidarité entre voisin, garde des enfants des victimes, propositions de nettoyage ou même d'une tase de café. Tous sont là à les soutenir EUX QUI DEVAIENT PARTIR en vacances le 2 AOUT 2008.

 

AURORE - 2008

Voir les commentaires

TRADUCTION et VOS VISITES

 

 

 

RETOUR : page - ACCUEIL

 

 

 

 

 


compteur gratuit

Biographie de l'ARTISTE

Hébergé par Overblog