Chantal RODIER - Artiste

Chantal RODIER - Artiste

ARTISTE PEINTRE -POÉTESSE- Marsac en Livradois

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009




Terre d’Afrique
, sol des souffrances

Ecoute la voix de notre enfance

La soif, la faim sont notre malheur

Quand viendra notre bonheur ?


 Chante le bonheur des anges

LIRE LA SUITE...

 


Paroles angéliques de l’archange

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009

Je rêve,  je m'embrase de feu dans cette  extase

S'enfuient les  cauchemards qui passent

Légère, si légére que j'atteins mon ombre

De mon corps fatigué dans lequel je sombre

LIRE LA SUITE...

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009


SERIGNE l'enfant Malien


Accroché aux portes dorées de l'espoir
Dans son pays de tant de désespoir

Sérigne digne enfant des sages
Scrutant de son regard perçant
Les allées venues des riches gens
Au soleil couchant, il chante
L'histoire du Mali de mille âges

Lire la suite...

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Je suis…

Je suis dans cette étendue d’eau

Je suis la couleur du jet d’eau

Je suis sur l’écume de ta vague

Je suis une image qui te tague

Je suis la silhouette de ton ombre

Je suis cette feuille qui tombe

LIRE LA SUITE..

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2008

STEVIE le ROI DU BLUES









Pourquoi dans l’espace du temps je te cherche ?


Les étoiles du trou noir disparaissent doucement


A mes yeux qui se ferment, elles tendent une perche


Soufflé  infime d’espoir dans l’obscurité blanche


De nos nuits en folies, elles dansent et se déhanchent


Dans ce firmament né de  la mansuétude de l’artiste


Qui pleure son âme , l’amour de ne plus être triste

Des cordes d'argent adorées du haut firmament
 

 

Sais-tu, oh sais-tu, combien je t’aime ?

Sans toi je suis perdu

Dans mon cœur éperdu

L’ instant de ton ombre écarlate  sème

 

Le reflet de ta mémoire éloignée du temps


Jadis de tes rires et de tes chansons égayés


Parcourant les scènes et les théâtres émerveillés


Applaudissant ton spectacle en chantant



Tes doigts aux couleurs d’une banquise


Tes notes immaculées d'un amour universel


Sortant de ton émotion si pure si exquise


Qu'elles déversent ta musique éternelle



Sais-tu, oh sais-tu, combien je t’aime ?

Sans toi je suis perdu

Dans mon cœur éperdu

L’ instant de ton ombre écarlate  sème

Aurore
 


 


Statue de Stevie sur les bords du Lady Bird Lake à Austin, Texas, Etats-Unis

Stevie (Stephen) est né le 3 Octobre 1954-mort le 27 Aout 1990 dans un accident d'hélicopthère

Nommé 7éme guitariste Mondial de tous les temps

Une pensée bien au delà du commun, Stevie se démarque aussi par son jeu de scéne unique "Cow-Boy" dans la pensée et Indien dans l'âme.
Depuis l'Etat Texan déclare le 3 Octobre la journée de Stevie.

(Avec moi laissez vous emporter par les vidéos de Stevie, elles vous guideront dans son Amour Absolu)

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Alors que la vaste étendue d'eau envahit les ruelles


Deux petits vieux, sortis de leur sommeil pêle- mêle


Sous le charme d'un rêve d’autrefois tant chéri


Se racontant l’histoire de l’émerveillé enfleuri

 


Ils sont là, assis sur un banc, mains dans la main


Attirés par la lumière diffuse d un lendemain


Papotant tranquillement sur le rebord de la jetée


Des pensées d'amour que furent leurs années passées

 



A peine le souffle de leurs mots se fait entendre


Tendrement enlacés comme deux jeunes mariés


Leurs âmes deviennent l’union de leurs pensées


Dans l'étincelle offerte d’une  nuit de cendre

 



Ils sont là  regardant timidement dans ce vide


L’immensité des secondes d'un temps avide


Jamais peur d’un avenir si cruel à vendre


Disparait de leur ciel ombragé à prendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





















 





AURORE 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009





O toi, ma vie, quelle courant t’emporte ?

Toi, mon cœur, qu’elle est ta porte ?

Toi, ma pensée vive qui se consume

Dans le jour gris d’une brume.

 

Que crains tu qu’il advienne

Si la bise est encore tienne ?

Que les fleurs colorées sans odeurs

Parsèment les chemins de la peur ?

 

Quel est donc ce noir dessein

Suspendu à mon destin ?

Qui me piétine chaque matin

Trébuchant au bord d’un ravin.

 

Douleur écarlate d’un espoir

Sans lendemain à croire

O puissance éternelle du temps

J’incline devant toi mes résistances

Offrande de toute ma persistance

Que surgisse à nouveau

Dans ma cour le printemps

S’abreuvant de tes eaux

 

N’est-il d’autres épines, d’autres dards

Pour briser le peu de forces restantes

Seul fil d’argent qui me hante ?

 N’aurais-je pas assez souffert ?

N’aurais-je pas assez offert

D’amour, d’honneur, d’arts

 Pour que ta froideur me scrute encor ?

 

O grandeur  majestueuse des ténèbres,

Ombre de mes puérils éphémères

Accrochée à la sève de ton arbre,

Lame fine d’entre tous les sabres,

Abandonneras tu le son de tes cors?





AURORE

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : #ARCHIVES 2009

 







L'élévation de nos âmes s'incline face à la voûte céleste
L'imagination de nos esprits envoûtée sous ce charme
Délire des sens dans leur infiniment grand et petit 



















Celui qui, observe dans sa mémoire

L’absolu au travers de son miroir

Dans cet univers incommensurable

Baromètres spirituels interminables

 

Au dessus de lui, trouve un ciel de l’infinité

De ses impressions dans cette immensité

 

Celui qui dans son sommeil, rêve éveillé

D’une journée, des saisons ou d’un été

De ses délicieuses minutes dispersées

D’une exquise tempérance éclatée

 

Au dessous de lui, trouve un point infini

De ses suprêmes pensées endormies

S’envolant libre vers d’autres galaxies



Celui qui, regarde bien au-delà de l’univers

Dans ce songe de ces paupières scellées

S’émerveille de cette béatitude dernière

Telle une  ultime récompense d’une prière

 

Au-dedans de cette constellation spiralée

De ses tourbillons soporifiques enflammés

S’assoupissent ses émotions glorifiées

 

 

 

 





 

 



























































 Cette grandeur livrée à nos yeux
Cet infini d'une osmose impalpable
Devient l'univers incommensurable



AURORE 





 

Voir les commentaires