Chantal RODIER

Chantal RODIER

ARTISTE PEINTRE -POÉTESSE- Marsac en Livradois

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

 

Est-ce demander une si grande vertu que

        de donner la compassion ?

Est-ce mélanger la pitié que de  

        s’avouer sa passion ?

        supputer, estimer, évaluer, doser

Que ne sais-je encore dans l’univers des mots où

Aujourd’hui tout se confond en mes maux

        solidarité,  fraternité, dignité

Que sais-je – Que sais-je ?

 

Tout se brouille... le fil dans

        ma quenouille

Toile de mes craintes où

        l’arrachée m’éreinte

 

Est-ce demander une si grande vertu que

        la mort dans ma complainte ?

Est-ce confondre la charité que de

        D’absoudre mes plaintes ?

        Liberté soupirée d’aimer !

 

Tout se brouille... le fil dans

        ma quenouille

Toile de mes craintes où

        l’arrachée m’éreinte

 

AURORE-2012 

plume12.gif

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

 

 

    

Cherche ta voix, trouve ton chemin, ignorance

        Cherche, trouve, délivrance

                Amour déchiré, semé

                         Rivières désertées

Dans un cœur

        Ombragé,

                 Blessé

                         Dans sa peur.

 

Nulle part ailleurs dans les champs de blés

        Brûlés, piétinés, saccagés

                Feuilles mortes ensevelies

                                          Vieillies

Du soleil levant à son couchant.

 

Nuages noircis par le viol d’une mort

        Subite d’une stalagmite

                Rongée par les mythes

Escale des âmes errantes d’un port

        Mouillée, secouée

                         Soulée

Des déchets de l’impure

        Volant l’esprit d’un pur.



AURORE-2012

 

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

 

5f7hsi74.png

Chante ma douleur, Ô tristesse ennemie

        Puise mes forces, puise ma vie que

                 Chagrin soit une vigne

Danse mon corps, Ô tristesse ennemie

        Ebranle le ciel et la terre qu’il soit

                 Maison de mes désirs.

 

Chante la chanson de ma complainte

        Aime, aime – moi encore

Ah ! Chaleur froide de mes sueurs

        Connais-tu tous mes pleurs ?

Valse dans un rêve où tes caresses

        Se donnent sans compter.

 

Balance, tourbillonne frisson de mes peurs

        Ensanglanté de mes illusions !

Retiens le temps, juste pour une vie qui

        Vieillit sous ton ombrage !

        Rage,

                saccage,

                         rivage,

                                 visage

        de l’oubliée esclave.

 

 

Aurore-2012

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

 

Non, non ne me ferme pas ton cœur

Laisse-moi t’emporter dans les nuages

Bien au-delà de ce que nous fûmes

Bien au-delà de ce beau ciel bleu

Le rideau tombe sur mes peurs

Extase détruite de mes saccages

De l’amertume, il pleut 

Sur la volupté que nous eûmes

 

J’ai voulu t’apporter

J’ai voulu te donner

Si mal sans doute

Tout est déroute

 

Pleure mon cœur, cri ma rage

Caresse tendre sur ton visage

Au seuil d’un silence si profond

Mon ombre gît au fin fond

Ô mes lèvres séchées rêvent de toi

Cherchant la douceur, ton émoi

Une ombre de tes soupirs

Mon ombre est bien pire

Sous les décombres de la nuit

Cherchant ton amour qui me fuit

 

AURORE-2012

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

Cri ta chanson – graine de folie- pour mourir

Presse ton cœur en saigné, tu ne peux plus courir

Demeure bafouée, rouée, d’un espoir ensanglanté

Déchiré par l’orgueilleuse fierté qui m’a épuisée

 

Cotillon des soleils noircis dans les rouages

Ma volonté relèvera-t-elle ce désir courage ?

Course poursuite d’un temps endimanché

L’amour me ronge me laissant me putréfier

 

Parler, mes maux se bloquent dans ma gorge

Ecrire, mes mots courbent le blé et l’orge

Ah – mon âme – es tu mienne à mes prières,

Dans ce silence des eaux de ma rivière ?

 

Douleur rouge pourpre d’un noir matin

Agonisant dans la terre sans lendemain

Pleurant le malheur qui me tend sa main

Viendras-tu apporter l’osmose de demain ?

 

Aurore-2012

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

La musique s’envolait entre les branchages

La blancheur de la neige éblouissait mon visage

Mon corps ne montrait nulle résistance à ce tapis

 Comme un enfant, confiante, je me blottis

          Dénudée, transpercée, brûlée,

          Abandonnée, délaissée

 

Je pensais à elle, si loin, je parlais à son âme

          Que l’on me blâme !

Dis- lui, dis-lui que l’hirondelle s’est blessée

Dis-lui, dis-lui que mon cœur est oppressé

Saignant de la douleur de son silence

Comme une épée qui se balance

          Rejet, seconde

          Dans le monde

 

Tourne...tourne...tombe

Tombe dans ma tombe

Puisque la haine de l’argent

T’as fait esclave de l’agent

Sublime le sentiment d’aimer

Puisque tu m’as pulvérisé !

 

Aurore-2012

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

De jour comme de nuit j’erre sans fin dans

        les forêts intenses de ton ombre tel

        un animal sauvage, telle une louve

        criant seule dans le noir, avouant ses

        égards, ses fautes, sa honte

Jadis, un paradis enfleura un bonheur timide

Sol parsemé d’une rosée blanche encor timide

 

Des milliers de papillons entourant l’atmosphère

        de nos corps enroulés tel une sphère

Diamant de nuits accrochées au firmament que

        la douceur d’un parfum subtil enrobait

        les senteurs de notre amour inachevé

        enroulés, suspendus, retenus, nus.

 

Volupté des soirs, envolées d’une hirondelle qui

        jamais ne se posa et pourtant osa

Volée de nos émois, cris de notre jouissance

        emportés par une bise transpercée d’un

        bruit révélant nos faiblesses qui

        inépuisablement nous ensorcelaient.

 

L’ombre de nos passés comme le diable collé

        à nos peurs, nos aigreurs

Je t’aimais, tu m’aimais, nous nous aimions

        poursuite d’un temps qui passe

        lasse de nos craintes

Il ne reste que le désespoir des matins

        Noirs de nos chagrins.

 

Aurore-2012

Voir les commentaires

Publié le par AURORE
Publié dans : CAHIER :textes 2012

 

Au fond de mon cœur,

        jaillit la tempête

Elle ravage et saccage

        le tourbillon de nos oublis

                 laissant aucune place

A cette étrange sensation de ne

        plus exister.

 

Les larmes perles noires

        de tes yeux cherchent

en vain la lumière qui

        jadis t’éblouissait

 

Rien n’est dit, tout est fait

        pesé, balancé, fouillé,

        jeté, emballé, torturé

        noué, pulvérisé, jugé !

Place au nouveau délire et que

Tourne le ménage et que

        tourne la vie.

 

La douleur envahit mon esprit

        de ta colère, ton courroux

Ce désarroi qui m’a placé bien bas

Misère, misère

                tu es devenue mère

 

Je me relèverai, croies-moi et

        Crierai par-dessus les toits

Que telle fut ta faute,

        tel fut ton orgueil

                à me transpercer, à me balayer

                à m’enfouir sous les décombres

                de la mort !

 

AURORE-2012

 

Voir les commentaires

TRADUCTION et VOS VISITES

 

 

 

RETOUR : page - ACCUEIL

 

 

 

 

 


compteur gratuit

Hébergé par Overblog