Chantal RODIER dit AURORE

Chantal RODIER dit AURORE

ARTISTE PEINTRE-6 Route d'Ambert-63940 Marsac en Livradois-06.28.43.73.10 cotée chez AKOUN

Publié le par AURORE
Publié dans : roman : Colette et le guépard



COLETTE ET LE GUEPARD




Architectes et ouvriers venus du monde entier se côtoyèrent durant plus de trois longues années. Il fallait que tout soit prêt en temps.Un immense projet se dessinait au sein de la France. Les peintres, comme ceux venus de Pont-Aven sur les traces de Gauguin ainsi que Monnet qui devait faire son exposition en Mars de ses superbes nymphéas, tableaux tant attendus dans les galeries, les écrivains comme Mirbeau qui était le dévoué, l’ ami de la famille ainsi que les photographes se rassemblèrent lors d’un grand repas donné chez les «  De Roiblasse ». Chacun difusa son opinion à propos l’art moderne. On parlait de politique et de sujet divers concernant le président Emile Loubet. Seul l'avis de « Dufrêne » suscita des désaccords, il prétextait que c'était l'ouverture de l'art dans toutes ses fantaisies et son anarchie.

Colette qui ne disait mots était pourtant heureuse de se savoir au cœur de ce mouvement et dans tout ce remue-ménage avec sa tendre mère Delphine qui s’occupait de la restauration des meubles familiaux. Elle avait en charge de se renseigner et de diriger les ateliers de couture. Les couleurs et la modernité des événements occupaient tout son esprit. Elle voulait mettre sa touche personnelle à cette première grande fête. Sous les regards parfois désapprobateurs de sa tendre mère, elle choisissait en maitresse les tissus de matière la plus noble qui orneraient les stands des invités. Des couleurs vives de la soie ocre et rouge provenant directement de l'usine de Jujurieux du département de l'Ain bien connue pour l'élevage de ses vers à soie, avaient sa préférence.

 Souvent Ignace les conduisait dans les plus grands magasins en ayant un réel plaisir à atteler l’une des dernières calèches de la collection familiale. Il avait l’honneur de la faire briller et était très fier lorsque mademoiselle s’installait avec ses grandes robes blanches en taffeta brodée.

 




Lorsqu’il les déposait, il se dirigeait dans le parc et tout en fumant tranquillement sa pipe il prenait part aux discussions actives sur les nouvelles lois du travail car à partir du mois de mars Alexandre Millerand inaugurera l’ensemble des lois qui modifiera le statut des ouvriers. Enfin pour la première fois il y aura une limitation du temps de travail. Onze heures de travail par jour avec un repos hebdomadaire et une promesse timide d'une la retraite  méritée. Une avancée incluant des syndicats, une première.
Ce temps de pose lui semblait le plus précieux, enfin il se sentait libre d’exprimer ses idées et de les partager ce qui était impensable devant ses employeurs qui lui en demandait toujours plus.


AURORE

Commenter cet article

Elléona 29/05/2009 08:40

bunny le chti 27/05/2009 15:08

saluten fin de compte les gens prenaient le temps de vivre avant c'est pour ca qu'ils n'étaient pas égoistesbonne soirée

AURORE 28/05/2009 15:39


Une époque de belle renommée j'avoue !


René Poète 27/05/2009 14:38

Merci pour tes visites et ta fidélité à mon blog. je me décide a te faire une petite visite de courtoisie pour te démontrer que j'existe toujours mais le temps me manques en ce moment. Amicalement. rené Poète

AURORE 28/05/2009 15:17


a te revoir tres prochainement alors je t'attends !


remoa 27/05/2009 11:42

L'ascension est ton devenir                    félix

AURORE 27/05/2009 13:16


Alors il t'a plu, j'en suis plus que ravie ! bisous tout doux


TRADUCTION et VOS VISITES

 

 

 

RETOUR : page - ACCUEIL

 

 

 

 

 


compteur gratuit

Biographie de l'ARTISTE

Hébergé par Overblog