Chantal RODIER dit AURORE

Chantal RODIER dit AURORE

ARTISTE PEINTRE (6 Route d'Ambert-63940 Marsac en Livradois) telephone : +336.28.43.73.10

Publié le par AURORE
Publié dans : Flore ou la rage de vaincre

Épilogue

Je me résignais à vivre à jamais avec cette histoire, ma vie n'aurait plus jamais le même sens, quand à ma vie professionnelle, j'ai démissionné de mon poste en Bibliothèque d’Étampes.

Un matin de printemps, je ne leva tôt, d'un grand élan pour marcher dans la nature.

Ce fut au travers des monts et des vallées de notre belle campagne du Puy de Dôme qu'enfin, je réussissais à pousser un immense cri sorti des profondeurs de mon ventre. La vie entrait dans mes poumons, reprenant sa place de reine. Elle sentait bon. Elle avait une odeur de renaissance que je n'avais pas respirée jusqu’alors. Le bonheur tranquillement s'installa. Je souriais, enfin je riais. Près d'un ruisseau, je m’arrêtais, buvant son eau claire, limpide et fraiche. Nue, je me laissais glisser, sans me soucier du monde des humains, me surprenant à faire la planche, à nager, à glisser dans cette eau claire. J’avais trouvé un endroit d'une beauté sans égal ou les oiseaux gazouillaient. Son clapotis sauvage enveloppait tout mon corps. Le vent léger vivait à sa guise. La musique offrait à mes oreilles ses notes claires, qu'en une seconde, elle recouvrait mon corps qui s'enfonçait dans le sol frais. Le temps n'avait plus sa place. Il n’y avait que moi et la nature. Je voulais danser à en perdre haleine, respirer à en être ivre. J'étais comme un feu follet, voulant embraser la vie, bousculer le monde. Au fond de moi, je voulais m'oublier. Vivre dans le rêve de cet amour que j’avais laissé échapper comme une sorte de vagabondage de mon âme.

Je criais " Holocauste ! Holocauste !" contre ce bourreau, priant notre puissant Seigneur de me donner la force, le courage et rage de vaincre.

Lui ARTHUR avait bénéficié d'un non-lieu au procès du tribunal correctionnel d'EVRY. Je n'étais pas présente ce jour là car je n'en avais pas eu le communiqué et que de toute façon je n'étais pas encore prête pour revivre cette histoire.l'instigateur Zanibé Mohamed, il ne fut jamais retrouvé.Seule moi savait.

Pas tout à fait car Dorienne et son mari m'ont vu aussi ce jour là lorsqu'ils sont venus chercher le poële, mais devant la peur ils n'ont pas voulu témoigner. Peut -on leur en vouloir? Dorienne est partie s'installer au Sénégal, J'ai gardé d'elle une longue lettre que j'ai insérer dans un livre en ma possession mais notre amitié c'est arrêté à ce jour. Son mari, lui à refait sa vie aujourd'hui et je n'en ai jamais entendu parler

ARTHUR lui aussi vivra toutes sa vie avec ce qu'il a fait : cogner, battre, piquer et braquer d' un coup de revolver de sang froid et tirer sur un humain qui d'autant plus n'est qu'une femme! Quoi de plus lâche. Il vit tranquillement maintenant avec sa famille dans sa boutique d'Etampes, sans jamais avoir été ennuyé. Au fond de lui, il doit bien sourire de tout cela, car lui savait que l'histoire de Flore était vraie ! Pour lui? une tentative d'homicide volontaire lui a valu que quelques mois de prison à Fleury Mérogis. Juste à redire ces mots : " Tu vois, je sais bien tirer...tu n'es pas morte..."

AURORE

Vous qui me lisez, vous pouvez laisser votre commentaire, c'est avec plaisir que je vous répondrai

Commenter cet article

TRADUCTION et VOS VISITES

 

 

 

RETOUR : page - ACCUEIL

 

 

 

 

 


compteur gratuit

Biographie de l'ARTISTE

Hébergé par Overblog